Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

Petit billet d'une abeille de septembre

Eh bien voilà. Les vacances sont finies... Et oui, pour nous aussi, les petites abeilles, le mois d’août est plutôt tranquille. Enfin, vacances... Pas tout à fait tout de même. Quoi qu'il en soit, il n'y a rien à voir avec ces drôles de bipèdes qui, tous les ans durant la saison chaude, font les morts sur le sable, changeant de couleur au cour de la journée. Entre nous, drôle de camouflage ! Je ne sais quel prédateur ils cherchent à tromper mais ils ne sont franchement pas très fortiches côté camouflage...
Je disais donc que durant ce mois particulièrement chaud, nous étions au repos. Cela reste tout de même relatif car il nous faut aller chercher pitance et croyez-moi, au mois d’août ça n'est pas chose facile car durant cette période, la nature est très avare et les champs bien arides. Quand je pense qu'on va jusqu'à mendier quelques milligrammes de nectar auprès des petits trèfles... Ils sont loin les prolifiques champs de colza, les abondantes grappes blanches qui font plier les tortueuses branches des faux acacias ou encore les myriades de petites clochettes gorgées de nectar mentholé suspendues aux feuilles des majestueux tilleuls !
Quant à l'eau, indispensable à la survie de la colonie, c'est un vrai cauchemar. Il faut parfois faire des kilomètres pour en trouver et nous sommes loin d'être les plus à plaindre, nous, les abeilles de Seine et Marne car le réchauffement climatique ne nous impacte pas encore réellement. Bizarrement, alors qu'il pleut de moins en moins, un grand nombre de mares rectangulaires d'une limpidité incroyable fleurissent deci delà. Mais elles sont souvent occupées par les mêmes bipèdes chevelus que l'on retrouve sur les plages. Ils n'ont d'ailleurs pas l'air particulièrement satisfaits de notre présence, semblant s'approprier ces oasis pour insectes assoiffés. Il y a pourtant bien assez à boire pour tout le monde... Enfin bref ! Drôles de vacances tout de même. Et finalement, nous voilà à attendre l'éclosion des fleurs de lierre pour enfin nous remettre à butiner sérieusement. Et oui, chez nous, le boulot est une seconde nature.
Ce lierre, quelle bonne idée il a de fleurir à l'approche de l'automne alors que les autres plantes ont déjà flétri et sont retournées à l'état de composte. Il nous permet de refaire les niveaux en pollen et en miel et ainsi pousser notre chère reine, qui, pardonnez-moi l'expression, "glandouillait" depuis le début du mois d’août, à se remettre au travail. Ainsi, de belles petites ouvrières d'hiver bien grasses vont naître durant les mois d'octobre et novembre et permettre à la colonie de passer l'hiver sans encombre.
Quand je pense que nous autres les insectes volants allons, en faisant nos courses et donc en pollinisant ses discrètes petites corolles, permettre aux passereaux d'avoir de quoi manger au sortir de l'hiver grâce à ses baie couleur aubergine qui sauveront bien des âmes à plumes.
Tout de même, quelle plante extraordinaire ce lierre ! Qui d'ailleurs, une fois de plus, ne fait pas l'unanimité chez nos voisins les bipèdes qui s'empressent bien souvent de l'arracher. Décidément, nous n'avons vraiment pas les mêmes valeurs !
Tout ça me fait penser que cette année, notre cousin hyménoptère et ennemi préféré, le frelon européen ou Vespa Crabo pour les intimes, est de retour. Il est vrai qu'il nous dérange un peu durant nos promenades sur le marché au lierre mais il reste tout de même beaucoup plus sympathique que l'horrible frelon asiatique (Vespa Velutina) à pattes jaunes. Mais cette année, ce dernier fait un peu moins le malin. Et oui, c'est bien beau de venir sous nos contrées pour nous croquer sans vergogne mais quand mai se prend pour mars on rigole moins et Vespa Crabo qui est bien plus adapté à notre climat capricieux peut reprendre son permis de chasse sans se faire honteusement dégager par cet hurluberlu sans scrupule venu d'Asie du Sud Est! Enfin bon, prudence tout de même car une mâchoire de Crabo fait aussi mal qu'une mâchoire de Velutina.

Commenter cet article

marie-anne gauthier 16/09/2019 08:11

elle écrit bien cette petite abeille !

Christophe TROLES 16/09/2019 22:30

C'est parce qu'elle était très sérieuse à l'école et que sa reine lui a raconté beaucoup d'histoires quand elle était petite (-:

Serge 15/09/2019 07:46

Quel poète !
Bravo !

troles 15/09/2019 23:30

Merci (-:

JP 13/09/2019 20:44

Salutation du bipède de Champs sur Marne

troles 15/09/2019 23:29

Re salutation à toute la famille du bipède de champs sur marne (-: