Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

La période la plus compliquée de l'année touche à sa fin. C'est aussi la plus piquante au rucher. Nos petites bêtes ailées n'apprécient guère que l'on s'approche de leurs réserves quand les fleurs à butiner se font de plus en plus rares. Et les grosses chaleurs amplifient souvent le problème. Bref... Ça n'est pas l'époque la plus sympa pour ouvrir les ruches.

La première récolte d'été du rucher de la Gondoire est terminée. Et surprise cette année, malgré une belle météo sur la floraison du tilleul, le miel n'a pas le goût mentholé aussi marqué qu'à l'accoutumé. Il est beaucoup plus boisé que ces dernières années.

Autre point surprenant par rapport aux années précédentes, c'est le nombre de cadres totalement operculés dans les hausses. Le miel est très sec et le déshumidificateur va rester dans le placard en ce début juillet.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

C'est aussi le moment de créer des essaims. Je devais faire de l'élevage de reines cette année mais malheureusement je devrai attendre l'année prochaine. Ceci dit, on peut très bien s'en passer. Mes meilleures ruches cette année ont été créées sans introduction de reine.

Les ruchettes ont été colorées afin de limiter un petit peu la dérive (abeilles qui rentrent chez les voisines). Et puis c'est toujours plus sympa qu'un alignement tout blanc.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...
Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Parmi mes nouvelles colonies, certaines sont donc créées comme l'année dernière sans introduction de cellules royales, comme ici :

(voir l'article ici)

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Les abeilles se sentant orphelines, ont élevé des reines à partir de jeunes larves  qu'elles ont choisies sur un cadre de couvain ouvert (non operculé). La première sortie aura gagné le droit d'être la future souveraine.

Attention car ce type d'essaim doit être fait à partir d'une bonne colonie.

Pour d'autres qui ont eu tendance à essaimer trop tôt au printemps, les essaims créés vont être remérés avec des cellules royales offertes par un ami et faites à partir d'une colonie bien sous tout rapport. On part donc avec 50% de bonne génétique apportée par madame la reine. Les autres 50% viendront des 15 à 20 mâles qui la féconderont. Et là, c'est la loterie apicole... 

Ici des cellules dans leur petite mousse de transport.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Elles sont ensuite posées sur un cadre de couvain

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Deux jours après, on vérifie si la reine est bien née et si c'est le cas, on vérifie une vingtaine de jours plus tard si elle est en ponte.

Ici, madame, euh pardon... Mademoiselle est bien née. J'espère qu'elle aura des amoureux de bonne famille.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Pour bien faire les choses, il faut tout d'abord trouver la reine afin d'éviter de la mettre dans l'essaim artificiel (même si ça n'est pas si grave que ça à cette époque de l'année). Ce qui n'est pas une mince affaire quand on sait que la majorité de mes reines ne sont pas encore marquées.

J'en suis à 65% de réussite en "recherchage" de reine (pas terrible comme efficacité). Certaines sont tellement difficiles à trouver qu'on en vient à se demander si elles ne jouent pas réellement à cache-cache avec nous.

Quand elles sont déguisées, c'est tout de même bien plus simple. Ici une reine de 2015 marquée en bleu schtroumpf ou plus exactement bleu schtroumpfette. 

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Cette année, étant réellement pris par le temps je n'ai pas pu aller chercher des essaims chez les particuliers. Dommage car c'est toujours un moment sympa. J'en ai tout de même récupéré un qui n'était pas très gros mais la reine étant en ponte rapidement, il devrait être prêt pour passer l'hiver.

Ici, la belle reine qui vient de se remettre à pondre. Sur la gauche de la photo, de jeunes larves baignent dans leur gelée royale. Sa majestée était très impatiente de pondre car les cellules ne sont pas encore bien profondes.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Actuellement, c'est aussi une période ou certaines colonies commencent à propoliser à tout va ce qui peut parfois rendre le travail laborieux. On a l'impression de travailler dans une boite de chewing-gum. Et plus les températures sont élevées plus ça colle...

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Ici, une belle et grosse bêtise. J'ai probablement mal replacé la grille à reine. La chipie de reine qui était particulièrement productive en a profité pour se trouver un nouveau territoire de ponte dans la hausse.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...
Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Elle m'avait posé une colle car je ne voyais plus de ponte dans le corps de ruche , ce qui signifie généralement qu'il n'y a plus de reine. Mais pour autant les abeilles n'avaient pas fait de cellules royales. Très étonnant si elles ont perdu leur reine. Finalement l'explication était simple. La reine était bien là, mais pas à l'endroit ou je la cherchais...Du coup, j'en ai profité pour renforcer une autre ruche qui avait essaimée en lui donnant cette hausse pleine de couvain sans les abeilles. Suite à ce renfort, elle a pu profiter de la miellée de ronce.

Et oui, même si cela en surprend certains, les ronces donnent un excellent miel avant de donner de succulents fruits.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Et il n'y a pas que les abeilles qui se délectent de ce nectar. Ces petits coléoptères ont l'air d'apprécier. La nature aussi a ses bistrots. Attention tout de même à ne pas trop vous enivrer.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Sur ce cadre, un peu de pollen de coquelicot. Et oui, à défaut de 

nectar, cette jolie fleur rouge donne un très bon pollen noir.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Pour finir, on sait maintenant où l'armée trouve son inspiration pour ses tenues de combat.

Essaims artificiels, récolte d'été, extraction, dernière ligne droite...

Commenter cet article

jacques 23/07/2015 00:32

bonsoir , bravo pour votre article et surtout pour les photos !

Apiculteur amateur débutant en Auvergne j'ai plusieurs questions :

Je possède une seule ruche qui m'a donné une récolte en juin ( acacia principalement ) bel effort de la colonie puisque 9 hausses sans cire furent remplies en quelques semaines

j'ai ensuite remis des hausses anciennes mais cirées cette fois ci , je viens de récolter ces jours ci , toute les hausses pleines et operculées , la chance du débutant vous dis-je !

questions : Quand dois je enlever les hausses pour l'hivernage ? a savoit qu'il y a des cadres de corps de ruche à remplir

Ou puis je trouver des lanières anti varroa APIVAR ?

Mon " instinct" me dis que j'ai largement bénéficier du travail des abeilles et qu'il est temps de les laisser préparer leurs réserves pour cet hiver ,

ai je commis une erreur en remettant les hausses après cette récolte de juillet ? peut être vont elle lécher ce qu'il reste ? dois je les enlever immédiatement ?

bien à vous , jacques

Christophe 23/07/2015 10:34

Bonjour,
Merci pour le compliment, ça fait toujours plaisir.
Commençons par le plus simple. Les lanières apivar sont récupérables soit auprès d'un syndicat apicole dans votre département soit dans une pharmacie. Normalement le pharmacien doit pouvoir en commander car ce sont des médicaments.
Pour la récolte des hausses, il y a plusieurs écoles mais dans la très grande majorité des cas, il faut les retirer quand la miellée vient de se terminer. Mais comment savoir si la miellée est terminée? En seine et Marne, on peut estimer que, le 10 juillet, il n'y a plus grand chose à manger dans la nature pour les abeilles. Cela dépend cependant des années. Je ne connais pas assez l'Auvergne pour vous dire l'époque de la fin de miellée. Cependant, si vous observez bien la planche d'envole, quand les abeilles ont tendance à "glandouiller" à ne plus trop savoir quoi faire, on peut estimer que la miellée est terminée. Il faut alors faire la récolte car elles vont commencer à manger le miel dans la hausse. Une fois la récolte faite, vous vérifiez si elles ont des réserves dans le corps de ruche et si vous avez des doutes vous leur donnez du sirop pour qu'elles ne soient pas en manque de nourriture durant le mois d’août. Vous en profitez pour mettre les lanières d'apivar car plus tôt elles sont mises après la récolte, plus elles seront efficaces pour un bon hivernage de votre colonie.
Un petit détail. Je pense que vous parlez de 9 cadres de hausse et non pas de 9 hausses. Dans le cas contraire, vous avez des abeilles qui sont allé manger dans l'assiette de Lance Amstrong et qui sont dopées à l'EPO (-;

Corinne 08/07/2015 11:30

Bonjour :)

Pensez vous que la canicule nuise au "séchage" du miel dans les hausses ?

Merci,


Corinne

Christophe 08/07/2015 13:06

Bonjour

Normalement il n'y a aucune raison. Au contraire elle ont moins de travail pour l'assécher.
Il faut cependant bien faire attention car l'année dernière il semble qu'elles aient rafraîchit la ruche en rapportant de l'eau et du coup mon miel bien qu’operculé était à 20% d'humidité. Mais cette année je n'ai pas encore eu ce cas particulier et le miel est entre 16.5 et 17.5 d'humidité ce qui est très bien.