Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

Durant l'hiver, l'ouverture des ruches est à proscrire. Pour autant, l'apiculteur que je suis est particulièrement curieux et aime savoir ce qui s'y passe. Plusieurs indices permettent d'avoir une bonne idée de l'activité de la colonie sans déranger les zazas.

La premier indice est la pesée. La perte de poids est un signe d'activité. Ceci reste tout de même très aléatoire (voir article précédent).

L'activité à l'entrée de la ruche est aussi un signe intéressant. J'ai par exemple constaté en ce début de mois de février que les butineuses ont commencé leurs aller-retour vers les premiers magasins à pollen (noisetier, perce neige, crocus, etc), ce qui laisse à penser que la reine à doucement recommencé sa ponte.

Mais le meilleur moyen de voir si tout va bien reste l'observation des tiroirs placés sous les planchers ajourés.

Voici donc la vie de mes colonies par procuration...

 

Ici les colonies sont assez peu actives mais la grappe située sur l'avant est assez large. Pas d'inquiétude en ce qui concerne le nombre d'abeilles. Elles attendent juste le moment qui leur conviendra pour se mettre au travail.

Sous les ruches
Sous les ruches

Ici un peu plus d'activité

Sous les ruches
Sous les ruches

Ici, la grappe est beaucoup plus petite. Elle fait partie des 3 colonies un peu limites. Toutes les abeilles sont placées sur l'avant gauche de la ruche. Tout n'est pas perdu pour autant. Si elles ont tenu jusqu'à la mi-février c'est qu'elles sont probablement assez nombreuses mais le risque de dégradation est réellement présent. Ceci dit, s'il n'y a pas assez d'abeilles, je ne pourrai de toute façon pas faire grand chose pour elles. Il ne sert donc à rien de s'inquiéter n'ayant pas de levier pour améliorer les choses à cette période de l'année.

Sous les ruches

Ici, un gros changement. Les nettoyeuses se sont clairement mises au travail. 

Sous les ruches

En s'approchant un peu, certains petits détails nous aident encore à mieux comprendre.

Ici des déchets non organiques. Les partitions chaudes sont souvent grignotées par les nettoyeuses. C'est donc le plastique des feuilles isolantes qui ne leur plaît pas.

Sous les ruches

Un petit morceau de propolis.

Sous les ruches

Ici, la colonie a réellement commencé sa préparation pour le printemps imminant. On peut voir un oeuf, preuve que la reine a redemaré sa ponte et une écaille de cire qui démontre que les maçonnes maçonnent.

Sous les ruches

Une autre ecaille de cire de plus près

Sous les ruches

Deux détails sont très parlants pour estimer la bonne santé de la colonie.

Il ne faut pas qu'il y ait trop de déjections sur le tiroir. Une crotte ça va, dix bonjour les dégâts ...

Sous les ruches

Même chose pour le varroa. Moins de 1 par jour retrouvé sur le tiroir et la colonie devrait pouvoir passer la saison sans trop de problème. Plus c'est inquiétant. 

Pour ma part, cette année, il n'y a aucun problème. La colonie la plus touchée voit  1 varroa tomber tous les 2 jours. La grande majorité n'ont aucune chute de varroa.

Sous les ruches

Ici, en plus des 3 écailles, on peut voir un opercule de cire. Ce qui veut dire que les ouvrières se nourrissent avec les réserves de miel stockées dans les alvéoles mais aussi qu'elles utilisent ce miel pour fabriquer la cire. Il faut 8 à 10kg de miel pour faire 1 kg de cire. 

Sous les ruches

Ici, une analyse compliquée...

Sous les ruches

Pour mieux comprendre, il faut regarder sous le plancher pour se rendre compte que cette colonie ne supporte pas les courants d'air des planchers aérés. Elle a donc tout propolisé. Ça ne m'arrange pas car cela m'oblige à changer chaque année le plancher de la ruche celle-ci étant coutumière du fait. En effet, il est conseillé de nettoyer les planchers de ruche chaque année. Je ne le fais pas car j'estime que le boulot est très bien fait par les nettoyeuses sur les planchers aérés. Dans ce cas précis, le plancher n'est plus aéré.

Sous les ruches

Et comme dans la nature, rien ne se perd et tout fait partie d'un cycle, des petites bêtes opportunistes se promènent sur ces plateaux en quête d'une nourriture fort appétissante.

Sous les ruches
Sous les ruches

Sinon, autour des ruches, l'hiver bat son plein. Cette année, il a beaucoup plu et un peu neigé durant la floraison des noisetiers. Les butineuses ont du coup assez peu profité de leur pollen.

Sous les ruches
Sous les ruches

La condensation de la ruche, le froid extérieur et les petits trous que je fais sur les tiroirs de fond afin d'éviter l'eau stagnante donne des stalactites plutôt surprenantes.

Sous les ruches

Et après le coup de froid, les nettoyeuses ont toujours beaucoup de travail.

Sous les ruches

Aux premiers rayons de soleil les crocus sont immédiatement dépouillés de leur pollen.

Sous les ruches
Sous les ruches
Sous les ruches

Le troglodyte mignon inspecte les herbes qui semblent bien hautes étant donné sa toute petite taille.

Sous les ruches

Et il lui arrive de tomber sur une courageuse porteuse d'eau qui se sacrifie pour ramener quelques microlitres de ce liquide indispensable à la confection de la bouillie fabriquée pour les larves.

Sous les ruches

Les petites mésanges à longue queue, quand à elles, épiées par les envahissantes et très bruyantes perruches à collier se ruent sur la nourriture afin de refaire les stocks de graisse qui ont fondu comme neige au soleil durant la saison froide.

Sous les ruches
Sous les ruches

Pour finir, une vue générale du rucher de la Gondoire à la fin de l'hiver.

Sous les ruches
Sous les ruches
Sous les ruches

Commenter cet article

Chenevier 22/03/2021 17:44

Bonjour,
J'ai constaté la semaine dernière qu'une de mes ruches expulsait beaucoup de larves, pourquoi ?
Amicalement

Christophe TROLÈS 22/03/2021 18:02

Bonjour,
Le mois de mars est assez frais cette année, du coup les colonies qui avaient pris un peu trop d'avance et qui avaient un peu trop de couvain peuvent avoir eu du mal à le chauffer. Il peut donc y avoir quelques larves qui sont mortes de froid. Si la colonie est toujours dynamique et que les larves n'ont pas un aspect bizarre comme le couvain plâtré, il n'y a pas trop à s'inquiéter. L'ouverture de printemps qui devrait être imminente devrait vous éclairer.

BENOIT DELEAU 28/02/2021 11:26

merci , c'est tjrs aussi intéressant ! Malheureusement pour le moment, je n'ai plus de ruche !

Christophe TROLÈS 01/03/2021 23:51

Bonjour,
Plus de ruche en ce moment. C'est un choix ou il y a eu un problème?

thierry 26/02/2021 22:03

Christophe
comme d habitude, toujours très intéressant.
un api Loisirs du coin

Christophe TROLÈS 02/03/2021 00:07

Merci (-:

Christophe TROLES 01/03/2021 23:47

Merci (-:

Emilie 28/02/2021 07:06

Merci Christophe pour ces observations de saison. Très intéressant et agréable à lire.