Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

En hiver l'apiculteur est bien plus souvent à l'atelier ou dans la miellerie qu'au rucher. Pour autant, il ne faut pas oublier de surveiller l'évolution des colonies. Et en particulier durant le mois de mars car c'est à ce moment là que celles-ci s'avèrent les plus fragiles.

Tout d'abord parce que les réserves se font de plus en plus légères, mais aussi parce que c'est le moment ou la colonie est le moins pourvue d'abeilles. Pour cela, le pesage des ruches est particulièrement important. Et attention, ça n'est pas parce qu'une ruche avait de grosses réserves en octobre qu'elle en aura encore jusqu'aux premières floraisons.

Une de mes ruches qui faisait 40kg en octobre ne pèse plus que 26 kg aujourd'hui. Et en ouvrant lors d'une journée un peu moins fraîche, j'ai constaté que le nombre d'abeilles avait diminué drastiquement!

Cette colonie a probablement été trop gourmande et était déjà à cour de nourriture. J'ai ajouté 2 kg de sirop tiède pour leur donner un coup de pouce. Je rajouterai probablement la même chose quand elles auront tout mangé.. 

En moyenne, la consommation quotidienne de mes colonies a presque doublé durant le mois de février. Il faut dire que ce mois s'est avéré le plus froid de l'hiver.

 

 

Petits tracas hivernaux

D'autre petits tracas peuvent venir perturber notre repos hivernal. Ainsi, le pic vert peut choisir la facilité et prendre une ruche pour sa cantine.

Petits tracas hivernaux

Notez qu'il est particulièrement rusé car il s'attaque à la zone la plus fragile de la ruche et même aux ruches ayant le bois le moins dense.

J'ai renforcé la ruche sur la zone attaquée... On verra bien si cela suffit...

Petits tracas hivernaux

Fait pas le malin toi... Je t'ai repéré!

Petits tracas hivernaux

Quand il fait froid, la forte luminosité peut piéger les abeilles pressées de se dégourdir les ailes après une longue période de claustration. Et tel Icare, attirées par le soleil, les jeunes inexpérimentées vont se brûler les ailes en tombant sur le sol gelé.

Petits tracas hivernaux

Certaines n'ont pas beaucoup empathie et profitent plutôt de l'aubaine...

Yen a... Quand même! Y sont pas gênés...

Petits tracas hivernaux
Petits tracas hivernaux

Pour certains, c'est plus compliqué quand il n'y a pas d'abeille à se mettre sous le bec!!!

Petits tracas hivernaux

Commenter cet article

AUVRAY serge 27/03/2018 10:44

Bonjour,
Sur un forum que je fréquente, un professionnel basé en Savoie (Climat pas spécialement chaud), gère également son cheptel de 400 colonies, sans donner de candi l'hiver. Petit apiculteur amateur, je vais désormais faire comme vous avec un sirop 2/3 1/3. Toutefois, comment leur distribuez-vous, au coup par coup, ou nourrisseur bien garni à partir de février ?
Cordialement

Christophe TROLES 29/03/2018 12:17

Bonjour,

L'objectif reste de ne pas avoir à nourrir avant le mois de mars. Si on veut nourrir au sirop, il faut tout faire pour que les réserves soient suffisantes. Pour ça, c'est en septembre et octobre qu'il faut les nourrir voir même dès le mois d’août si comme moi vous faites votre récolte mi juillet au plus tard). Personnellement, une ruche ne doit jamais peser moins que 35 kg fin octobre. L'idéale étant au dessus de 40kg si la ruche est sur 8 à 10 cadres et que la colonie est forte.
Si vous nourrissez au mois de février parce qu'une ruche est trop légère, il y a de fortes chances pour qu'elles ne prennent pas le sirop. Surtout s'il fait froid comme cette année. Et dans ce cas précis le candi reste la dernière solution pour éviter qu'elles meurent de faim )-:

Corinne 21/03/2018 11:27

Re bonjour,

Vous n'êtes pas fan du candi, pouvez vous nous expliquer pourquoi merci :)

Corinne 21/03/2018 14:49

Ok merci, personnellement je leur ai donné mi mars du candi à l'ancienne, je n'ouvre pas non plus avant le mois de mars

Christophe TROLES 21/03/2018 14:40

Bonjour,
Tout d'abord, je pense que personne mieux que la colonie peux savoir ou entreposer les réserves pour l'hiver. Donc, si une ruche est trop légère en octobre, je lui donne assez de sirop pour qu'elle puisse faire ses stocks et que les magasinières les placent ou bon leur semble. Je n'ouvre du coup jamais une colonie avant le mois de mars.
Si comme cette année, certaines colonies risquent de manquer de nourriture, je leur donne un peu de sirop lourd dans le nourrisseur. Dès que les températures montent au dessus de 10° elles vont se servir.
Je n'ai rien contre le candi en lui même (bien que certains éleveurs très réputés ont une opinion tranchée assez négative) mais je n'en ai a priori pas besoin si le travail a été bien fait en amont.
En plus de cela, le candi est plus cher que le sirop. Ce qui me fait faire des économies. (-:
Jusqu'à aujourd'hui, cela m'a bien réussi puisque j'ai un taux de mortalité hivernale très faible. Si un jour, j'ai un souci, je changerai peut être d'opinion (-:
Il est vrai que sur différents blogs on parle énormément du candi. Mais après tout, chacun sa méthode...

Christophe TROLES 14/03/2018 15:59

Bonjour,

Je ne donne jamais de candi. J'ai donné un peu de sirop à mes petits essaims et j'en redonnerai dans une semaine s'ils l'ont pris. Mes ruches ont encore des réserves mais il va falloir que je les surveille car ça peut descendre vite vu les 10 prochains jours annoncés frais...

corinne 14/03/2018 15:13

Bonjour :) Merci pour cet article. Avez vous donné du candi début mars ? corinne