Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

Petit souci technique en provenance de la plateforme 

Afin de lire l'article dans son intégralité veuiller le pointer avec la souris, cliquer à droite et cliquer à gauche sur "actualiser"

 

 

Après plusieurs années de vaches maigres, l’année 2015 fut encourageante pour un grand nombre d'apiculteurs. Et même si les productions n'ont toutefois pas été homogènes sur tout le territoire, nombre d’entre eux ont pu souffler un peu. Une petite pensée tout de même pour certains apiculteurs de Vendée qui avaient perdu quasi tout leur cheptel avant même que le printemps nous sorte de la torpeur hivernale.

Pour ma part, le bilan est très bon avec tout de même un gros souci sur mon plus petit rucher situé à Magny le Hongre.

 

Tout d'abord un bilan chiffré :

 

Les colonies :

 

J'ai débuté l'année avec 20 ruches et 25 ruchettes. Malheureusement, toutes les ruches de Magny le Hongre sont tombées malades à la sortie de l'hiver, touchées par la maladie noire. 

Les deux autres ruchers se portent bien et aucune trace de cette terrible maladie n'est visible aujourd'hui.

Au bout du compte, le pourcentage de perte de chaque rucher fut le suivant:

 

Rucher de la Gondoire : 4 colonies sur 24 soit 16% de perte

Rucher de la Brie Boisée : 2 colonies sur 16 soit 12,5% de perte

Rucher de Magny-le-Hongre : 4 colonies sur 5 soit 80% de perte

 

Toutes les colonies perdues sur les deux premiers ruchers sont des ruches devenues bourdonneuses.(voir cet article). Ces chiffres compris entre 10 et 15% de perte sont malheureusement habituels aujourd'hui.

 

Fin juin, création de 15 essaims artificiels. Deux colonies sont devenues bourdonneuses. Il reste donc 13 jeunes colonies qui sont en hivernage.

Finalement, aujourd'hui, 50 colonies sont en hivernage. Espérons qu'elles passeront bien l'hiver, si l’on peut encore appeler ça un hiver...

Ici, le rucher de la Gondoire. A gauche les ruches et à droite les ruchettes.

 

 

2015, l'année apicole au gré des saisons

La production de miel :

 

Très bonne année pour moi. Sur mes 45 colonies, 40 ont produit du miel. Comme souvent, certaines beaucoup plus que d'autres. Etant donné le nombre de jeunes colonies, la production de miel de printemps fut correcte mais sans plus.

Par contre, les ruches étant presque toutes populeuses à la mi-mai, les miellées d’acacia, de tilleul et de ronce donnèrent beaucoup de miel.

Finalement, mes ruches productives m’ont fait en moyenne 40 kg de miel cette année. Ce qui est bien au-delà de mes attentes.

Au gré des saisons…

 

A la mi-février, alors que les champs arboraient encore leurs couleurs hivernales,

2015, l'année apicole au gré des saisons

que le fier rouge gorge, gonflait son plumage bigarré, voulant ainsi se faire plus gros que le bœuf et se protéger de la bise glaciale,

2015, l'année apicole au gré des saisons

et que la nature offrait ses tout premiers repas gratuits exhibant les chatons de noisetiers puis les premiers crocus qui, après moult efforts, avaient percé le sol durci de nos jardins,

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

la reine des abeilles s’était déjà mise au travail.

Ça n’était alors qu’un tour de chauffe car même pour la souveraine des Apis Mellifera, patience est mère de sûreté et 60 millions d'années d'évolution lui ont appris que trop de bébés trop tôt était une grosse erreur.

C'est à cette période de l'année que je posais les tiroirs de fond de ruche évitant ainsi les courants d’air qui dérangent parfois les travailleuses invétérées.

Les colonies eurent alors rapidement leur empreinte figée sur le plastique jaune.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Les porteuses d’eau commençaient déjà leurs ballets hors de la ruche sans pour autant s’éloigner trop.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Les plus intrépides risquèrent tout de même leur vie et la sanction fut parfois sans appel. Épuisées, certaines se posaient au pied des ruches. On les retrouvait mortes comme les feuilles sur lesquelles elles s'étaient éteintes.

2015, l'année apicole au gré des saisons

La première partie du mois de mars 2015 lança la saison pour de bon et les grappes de pollen du saule Marsault

2015, l'année apicole au gré des saisons

ainsi que les corolles de fleurs des prunus, encouragèrent les colonies à amorcer un mouvement qui ne s'arrêterait plus avant la fin du mois de juin.

2015, l'année apicole au gré des saisons

L'entrée des ruches était en ébullition

2015, l'année apicole au gré des saisons

Et les arrivages de pollen incessants...

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

C’est aussi à cette époque que les premiers soupçons de maladie apparurent sur les ruches de Magny. Des traces de dysenterie sur les parois des ruches, mais aucune à l’intérieur. Ce qui me laissait espérer un rétablissement.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Par contre, quelques abeilles étaient déjà touchées par la maladie noire.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Début avril, c’est l’explosion et les cellules libérées par les naissances de jeunes abeilles sont aussitôt transformées en couveuse

2015, l'année apicole au gré des saisons

Les ouvrières poussaient alors leur reine à travailler sans relâche.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Certaines colonies plus pressées que d'autres prirent parfois la poudre d'escampette.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Cette effervescence doublée d'une envie de se reproduire ne touchait pas que les abeilles. Renards et mésanges n'étaient pas en reste.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Certaines colonies allaient plus vite que la musique et il est arrivé que je me fasse déborder par des maçonnes en manque de place.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Et puis, ce fut le coup de frein de la mi-avril. Une météo plus capricieuse mis temporairement fin à l'euphorie ambiante. Petite peur pour l'apiculteur car les jeunes colonies venaient juste de recevoir leur première hausse.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Et il fallut attendre une bonne dizaine de jours aux travailleuses pour reprendre le rythme de croisière...

Dans le champ de colza les ruches s'alourdissaient alors chaque jour.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Mais à Magny, il n’y avait plus de place pour le doute. Les colonies étaient bel et bien malades. Pour preuve, le nombre d’abeilles mortes dans le nourrisseur couvre cadre ou au pied des ruches.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

C'est à cette période que j'ai marqué quelques unes de mes reines. Il aurait été préférable de faire ce travail plus tôt quand il y avait moins d'abeilles sur les cadres, mais bon... Les journées ne font que 24h, alors, on se débrouille comme on peut!

2015, l'année apicole au gré des saisons

A la mi-mai, première récolte de printemps.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Les merveilleuses effluves de miel autour des ruches ne devaient pas me faire oublier que le miel de colza a une fâcheuse tendance à se figer dans les cadres. La récolte se fit donc en deux temps, à 15 jours intervalle.

Ici, un cadre partiellement bloqué par le miel de colza figé.

2015, l'année apicole au gré des saisons

L’extraction se fit dans la foulée, une fois le taux d’humidité du miel vérifié.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Les derniers cadres de miel de printemps à peine extraits, les abeilles filèrent sur l’acacia. Se fut une divine surprise pour moi. Les acacias sont à 1.5 km mais la météo permis à nos inépuisables sportives ailées de s’éloigner.

Les hausses se remplirent en un rien de temps...La récolte se fera début juin.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Les chasses abeilles sont posés sous un soleil radieux dans le rucher de la Gondoire.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Et le jour de la récolte, il y a toujours beaucoup de monde sur ce merveilleux ustensile

2015, l'année apicole au gré des saisons

Durant tout le mois de juin, la météo fût parfaite pour le travail des abeilles. Alors qu'elles se régalaient des offrandes des fleurs, l’apiculteur, lui, se réjouissait de voir les hausses se remplir et se chevaucher, se prenant parfois à rêver d'un Manhattan agricole. Tilleul, ronces et autres "microchamps" de pollen en profitaient pour s'échanger leurs graines.

C'est en observant une butineuse que l'on peut comprendre le lien étroit qui existe depuis toujours entre l'abeille et la plante à fleur. L'interdépendance entre l'homme et les pollinisateurs est moins flagrante mais pourtant tout aussi réelle.

Nous dépendons d'eux pour survivre et de nos comportements dépendra leur survie.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Par contre, au rucher de Magny, c'est la bérézina et seule une colonie sur les 5 ayant hiverné sur cet emplacement a survécu.

Les cadavres se sont malheureusement accumulés tout au long de la saison au pied des ruches.

Pour autant, la vie continuait et certains profitaient des beaux jours pour agrandir leur petite famille

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Fin juin, en pleine miellée et quelques jours avant les premières récoltes d'été, je préparais les ruchettes pour les essaims artificiels. Un petit coup de peinture et c'était bon...

2015, l'année apicole au gré des saisons

Les colonies qui le pouvaient furent divisées. Si possible, la reine restait à la maison et les nouvelles habitantes des ruchettes déplacées me faisaient quelques belles princesses prêtes à naître.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Et comme il ne doit en rester qu'une, la première sortie se transformera, pour la bonne cause, en une tueuse en série implacable. Mais contrairement à Conrad MacLeod, immortel héros de Highlander, elle ne vivra pas éternellement...

2015, l'année apicole au gré des saisons

Pour 5 colonies, ce fut un peu différent car c'était la première année que je plaçais des cellules royales qu'un ami m'avait données. Dans ce cas précis, pas de "serial killeuse" car toutes les jeunes cellules doivent être retirées pour placer la future princesse sélectionnée. Sorte de mariage arrangé. Heureusement, aucune dot ne fut exigée par la famille d’accueil.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Je vérifiais tout de même que la fille unique était bien née

2015, l'année apicole au gré des saisons

Et j'espérais que mademoiselle saurait se faire désirer par les mâles les plus fertiles...

Durant la première moitié du mois de juillet, les récoltes se suivirent et ne se ressemblèrent pas pour autant.

Si les premières se firent en toute décontraction, les dernières furent bien plus rock'n'roll !!!

Quand il reste de quoi "grailler" dans la nature, nos amies récolteuses sont bien plus tolérantes que quand cette même nature a perdu ses fleurs.

Pillage et agressivité furent alors au goût du jour et les récoltes pouvaient parfois être accompagnées de quelques jurons pour le coup plutôt fleuris...

A priori, certaines jeunes abeilles âgées de plus de 18 jours souhaitaient passer leur permis de conduire... Mais le code de conduite n'était pas encore connu sur le bout des pâtes.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Une fois le travail à la miellerie terminé, une indicible envie de me poser et de glandouiller me guettait. Mais trois choses restaient à faire.

  • poser les traitements pour le varroa. Plus tôt c'était fait et plus il serait efficace. Laissant ainsi moins de temps aux parasites pour se développer. Chaque jour comptait alors et attendre le mois de septembre pour lancer le traitement aurait été  une erreur...
2015, l'année apicole au gré des saisons
  • Nourrir les colonies les plus légères et confrontées à un manque de nectar durant l'été est tout aussi important pour éviter l'apparition de carences. 

Ceci est encore plus valable pour les jeunes colonies qui viennent d'être créées..

Des petites quantités de sirop furent données pour stimuler la reine en simulant une miellée et de plus grosses ensuite pour le stockage des réserves dans le corps de ruche.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Enfin, je n'oubliais pas de faire lécher les hausses par les abeilles. Les laisser encore toutes collantes dans la miellerie aurait été une prise de risque inutile car notre tendre amie la fausse teigne aurait pris un malin plaisir à faire tout plein de petits, transformant les jolis cadres de cire en une soupe de crottes et de fils de soie. Tout ceci agrémenté d'asticots bien gras...

Ici, un petit avant goût.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Cette année, je fis au plus simple en posant les hausses les unes sur les autres proche du rucher en ayant pris soin de :

  • vérifier l'état sanitaire des colonies
  • réduire les entrées de ruche
  • placer ces hausses dans un rucher isolé et loin des habitations

Ce fut efficace mais impressionnant.

2015, l'année apicole au gré des saisons

De retour de vacances, le travail reprit par une vérification de l'état des ruches.

Comme l'année dernière, les fleurs de lierres donnèrent la température des ruchers. La miellée se mis en place assez tardivement et quand les conditions furent réunies, les ruches de la Gondoire virent leur couvain se développer alors que leur poids montait en flèche.

C'était aussi le cas des ruchettes qui avaient toutes été ramenées sur ce rucher pour qu'elles puissent profiter du nectar de lierre.

2015, l'année apicole au gré des saisons
2015, l'année apicole au gré des saisons

Pour le rucher de la Brie Boisée, peu concerné par le lierre, la situation fut beaucoup plus calme. Peu de couvain, un poids qui baisse et l'obligation de nourrir durant le mois de septembre. Pour autant, pas d'inquiétude car, comme l'année précédente, les zazas s'adaptèrent à la situation.

Petite particularité de l'année 2015. La présence de Monsieur Vespa Crabro aussi appelé frelon européen. Il cassa les pieds aux habitantes du rucher de la Gondoire, sans pour autant trop les gêner dans leur travail de stockage.

2015, l'année apicole au gré des saisons

Avec ces températures inhabituelles, la surveillance du poids des ruches est plus importante. Je suis donc allé peser toutes mes ruches mi-décembre et je constate que si les colonies de la Brie Boisée situées plutôt à l'ombre ont perdu en moyenne 28 grammes par jour ces deux derniers mois, celles de la Gondoire situées en plein soleil en ont perdu 40 par jour.

Pour autant, pour la très grande majorité des colonies, il n'y a pas d'inquiétude pour l'instant car leur poids est encore suffisant. Je devrai tout de même surveiller certaines d'entre elles qui se sont allégées un peu plus vite que les autres. 

Je n'ai ouvert aucune ruche et n'ai donc pas d'idée sur la quantité de couvain présent actuellement. Je me fie pour l'instant à la perte de poids qui reste raisonnable. Si cela évoluait rapidement, il faudrait alors intervenir...

Plus d'inquiétude quand je vois les plantes se développer trop tôt.

Un gros coup de gel sur des bourgeons trop avancés pourrait amputer en partie les récoltes du printemps. Mais comme dirait l'autre... A chaque jour suffit sa peine...

Commenter cet article

Corinne 03/01/2016 15:38

Belle revue annuelle :) Bonne année 2016 à toutes vos ruches et avant tout : la Santé !!! :):):)

Christophe 03/01/2016 16:15

Merci
Bonne année à vous en espérant un beau printemps pour nos zazas (-;

Francois Jacob 03/01/2016 15:26

Excellente retrospective, mais que se passe t il a Magny? La maladie noire est elle liee a la proximite du bois? Meilleurs voeux et bon courage aux abeilles et aux apiculteurs pour 2016

Christophe 03/01/2016 16:13

Salut François
Une partie du problème vient du miel d'été de Magny qui a une grosse dominante de miellat. Ce qui en fait un miel très bon pour notre santé car très riche en oligo-éléments mais sur lequel les abeilles hivernent très mal.
Cependant, je ne pense pas que cela suffise à expliquer le phénomène. Je viens d'apprendre que l'année dernière, la pollinisation des arbres à fruits à noyaux fut catastrophique sur Magny. Y a-t-il un lien? Bonne question...
J'ai replacé 3 ruches au mois de juin et j'attends de voir au printemps. S'il y a récidive, je devrai déplacer mes ruches ailleurs...
Bonne année à tous

Serge 02/01/2016 16:01

Comme d'habitude : BRAVO !!

Christophe 03/01/2016 15:56

Merci et bonne année apicole