Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

Cette année, le manque de temps disponible m'a empêché d'aller cueillir des essaims. Je suis tout de même allé en chercher deux. Le premier était très simple à récupérer car il venait de se poser et était placé à hauteur d'homme. Pour le deuxième, ce fut bien plus compliqué car la petite famille avait élu domicile sous un poirier depuis un certain temps et malheureusement ces demoiselles avaient la ferme intention de squatter sans avoir au préalable demander l'autorisation aux propriétaires des lieux.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

L’expulsion a donc été demandée et le jugement rendu sur le champ. Sisi, c'est possible. Les squatteuses seraient donc expulsées et relogées dans un logis plus propice à un bon hivernage.

Oui mais voila... Comment transférer toute cette petite famille ("petite" est un bien grand mot) sans faire trop de dégâts? L'idée étant de réussir à prendre les rayons de couvain et de les remettre dans une ruchette.

Certains apiculteurs utilisent un aspirateur adapté pour être tranquilles. N'ayant pas cela à disposition j'ai choisi de repousser les habitantes avec l'enfumoir au fur et à mesure du découpage des rayons.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Avec un peu de patience, le travail se fait en douceur et sans trop de dégâts pour les zazas.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Ici de tout petits œufs ainsi que de belles larves, futures pollinisatrices en puissance...

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Les damoiselles sont petit à petit repoussées vers les derniers rayons. Mais certaines d'entre elles remontent le long du tronc.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Des opportunistes profitent de l'aubaine pour boulotter cette manne providentielle pour une fois accessible sans trop d’embûches.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Pendant que d'autres se demandent bien se qui leur arrive.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Pendant ce temps, les rayons sont placés sur des cadres pour ruche dadant.

Il aurait fallu les placer en haut des cadres car les titines préfèrent construire en descendant. N'ayant rien sous la main pour les maintenir, l'attraction terrestre m'a vaincu. Ils resteront donc en bas...

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Une fois placés dans la ruche, les ouvrières sont déjà au travail pour remettre tout ça d'aplomb.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Le travail suivant consiste à faire redescendre tout le monde dans la maison.

L'enfumoir est encore une fois indispensable.

Un petit pont provisoire est tout de même installé pour faciliter la tâche des ex squatteuses..

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Quand une grande partie de la fratrie est redescendue et que les rabatteuses me signalent que la reine est bien dans la boîte, les morceaux de rayon remplis de miel sont placés à l'horizontale au dessus des cadres et le toit est replacé. A la nuit tombée, tout ce petit monde est ramené dans mon jardin.

Au réveil, les premières levées se demande bien ou est passé leur poirier.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Une quinzaine de jours après, juste avant le départ en vacances. Vérification du travail accompli. Je n'avais alors aucune idée de ce qu'avaient bien pu faire les bâtisseuses.

Et voila le travail...

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Faute de pouvoir construire vers le bas, elles l'ont fait vers le haut.

Le souci, c'est que je ne peux pas garder des cadres à moitiés construits dans une ruche. Mais pour autant, il n'est pas envisageable de me débarrasser de ces beaux cadres de couvain.

La solution envisagée fut donc la suivante.

J'ai récupéré deux cadres de couvain d'une ruche encore très populeuse et les ai placés avec deux cadres de miel et un cadre construit vide.

Derrière une partition, j'ai placé les deux cadres de couvain de la colonie. L'objectif étant de faire naître toutes les jeunes abeilles de la colonie tout en poussant la reine à pondre du côté des cadres entièrement construits de l'autre côté de la partition.

Avant de partir, j'ai tout de même bien rempli le nourrisseur de sirop car les réserves étaient au plus bas et les rayons de miel placés sur les cadres étaient tout secs.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Après 3 semaines de vacances, comment s'est déroulée la petite opération?

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Le constat est clair. Le couvain bien qu'isolé à gauche de la partition n'a pas été abandonné par les nourrices. Les abeilles sont donc toutes bien nées. Mais il n'y a plus de ponte sur ces cadres.

Mais la reine n'est pas au chômage pour autant car elle s'est mise à pondre sur les cadres entièrement construits que j'avais placés dans la ruche.

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

A priori, tout le monde est content et la nouvelle colonie des pinsons est prête à passer l'hiver au chaud et à l'abri des intempéries...

J'espère que mes nouvelles copines sauront me remercier au printemps suivant en me donnant un petit peu de miel...

Abeilles squatteuses expulsées puis relogées.

Commenter cet article

Christophe 16/09/2015 18:48

Merci bien ça fait toujours plaisir un petit commentaire comme celui-ci (-:
C'est vrai que chacun peut participer à la sauvegarde de tous les pollinisateurs. Plein de petits pas équivalent à un grand saut en avant.
Votre blog est très sympa et très frais.

Anonyme 16/09/2015 18:12

Ce blog est génial ! Bravo ! Je suis avec vous ! ( J'ai un blog pour sauver les abeilles :
sauvons-les-abeilles.over-blog.com )
Bonne continuation !

Christophe 15/09/2015 21:57

C'est vrai qu'on leur prend leurs réserves. Mais d'un autre côté, nos abeilles domestiques sont malheureusement aujourd'hui totalement dépendantes de nous. La meilleure chose que l'on puisse faire c'est de s'occuper d'elles le mieux possible en espérant que l'environnement s'améliore un jour. On a le droit de rêver...

Corinne 14/09/2015 09:05

Bonjour,

Merci encore pour cet article :) j'ai eu ma première récolte cette année, une belle hausse avec un essaim acheté l'année dernière :) Je me suis qd même sentie un peu coupable de leur prendre leur miel...Si encore, l'humain n'avait pas tant détruit leur habitat ni polluer leurs ressources... C'est un peu la double peine quand même....

Christophe 17/09/2015 20:35

Si elles ne sont pas nombreuses, il ne faut pas hésiter à resserrer pour qu'elles puissent bien passer l'hiver. Et si vous avez l'occasion de mettre une partition chaude, c'est encore mieux car très efficace pour les petites colonies. Et bien entendu ne pas oublier de mettre du sirop si elles n'ont rien à becqueter. Chaleur, réserves, promiscuité sont les maîtres-mots pour l'hivernage de nos petites copines (-;

Corinne 17/09/2015 17:01

Re,

J'ai une ruche qui me donne du miel, et l'autre est un essaim qui est venu s'installer de lui même dans une ruche vide. Petit essaim, surement une vieille reine, elles sont peu nombreuses :) pas de miel : ) Je les garde et je m'en occupe comme les autres :), ce sont les plus "sympas" c marrant, aucune agressivité....