Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

Nous avions quitté Narcisse, notre petit journaliste alors qu'il venait, après moult péripéties, d'arriver sur son lieu de rendez-vous avec une jeune abeille chauffeuse (Mlle Apiflore) ayant acceptée une interview. (voir première partie ici)

 

Mlle Apiflore : - Monsieur Narcisse Bourdon je présume...

Narcisse Bourdon (reprenant son souffle) : - En effet... c'est bien moi...

Mlle Apiflore :-  Quel drôle de nom!!! Savez-vous que les faux-bourdons ne sont pas les bienvenus dans nos murs durant l'hiver...(voir l'interview de "Léon le faux bourdon miraculé")

Narcisse Bourdon :- C'est à dire que... Ça n'est que mon nom de famille. En vérité, je ne suis qu'...

Mlle Apiflore (l'interrompant): - Je plaisantais bien sûr!!! Je sais bien que vous n'êtes qu'un vulgaire mammifère...

Vous êtes le bienvenu dans le coeur de la grappe. Vous m'avez l'air tout retourné. Souhaitez-vous une petite goutte de pollen fermenté pour reprendre quelques forces. Vous allez voir, il est particulièrement réussi cette année.

Narcisse Bourdon :- Euh... Ma foi, pourquoi pas. Il est vrai que j'aurais bien besoin d'un bon remontant.

Mlle Apiflore :- Votre petite excursion s'est-elle bien déroulée? 

Narcisse Bourdon : - Sauf votre respect, je n'appellerais pas vraiment ça "une petite excursion"... J'ai sué sang et eau pour venir vous voir et d'ailleurs, vous me devez quelques explications.

Mlle Apiflore :- Dites-moi tout.

Narcisse Bourdon :- Tout d'abord, comment se fait-il qu'il fasse aussi froid dans votre ruche?

Mlle Apiflore :- Tiens donc!! Vous avez froid? 

NB :- Mais non... Pas ici! A l'entrée de la ruche!

Mlle A (le sourire aux mandibules) :- Etant donné votre visage cramoisi je m'étonnais. 

Vous voulez donc savoir pour quelle raison nous ne chauffons pas entièrement notre ruche. 

Eh bien celle-ci est d'une simplicité enfantine. Vous autres, les humains, utilisez votre énergie sans compter. Le gaspillage fait partie de votre mode de vie. Et même si vous en souffrirez probablement un jour, il faudra attendre quelques décennies pour que cela arrive. 

Pour nous, l'effet est immédiat. Le gaspillage se paie en quelques semaines. Et la colonie peut mourir faute de carburant dès le mois de février voir même avant. Nous avons donc mis au point un système d'économie d'énergie d'une grande efficacité. Et pour répondre à votre question, la première chose à faire est de chauffer uniquement la zone habitée durant l'hiver. En l'occurrence la grappe que nous formons.

NB :- Si je comprends bien, vous vous faites une sorte de maison vivante à l'intérieur même de votre ruche.

Mlle A :- En quelque sorte, oui. 

NB : - Et les abeilles qui formaient un mur infranchissable quand je suis venu à votre rencontre étaient ni plus ni moins que les briques de ce dernier.

Mlle A :- Si on veut...

NB :- C'est en effet très astucieux.

Mlle A :- Il faut dire qu'avec nos 60 millions d'années de présence sur terre, nous savons ce qu'est l'adaptation au climat.

NB :- Une chose m'intrigue tout de même. Vous me dites faire des économies d'énergie et pourtant à l'instant où je vous parle, il doit bien faire entre 25 et 30 degrés. Pourquoi tant de chaleur? Vous pourriez vous contenter de 15 degrés.

Mlle A :- Ah! Ces humains! Ils sont impayables... Vous ne pouvez pas vous empêcher de penser "individu". Nous avons passé ce stade depuis bien longtemps nous, les apis mellifera. 

Sachez que ma voisine que vous entendez faire vibrer ses muscles alaires juste à côté de moi, n'est pas entrain de "se" chauffer mais elle irradie de la chaleur à ses petites soeurs qui forment le manteau de la grappe. Et ces dernières ont, elles, le devoir d'empécher la fuite de ces calories en restant le plus compact possible. Elles servent donc de couche isolante.

                                      Thorax d'une chauffeuse. Véritable centrale thermique vivante.

Thorax d'une chauffeuse. Véritable centrale thermique vivante.

En blanc des pics de chaleur à près de 40 degrés. En mauve, le manteau, isolation vivante de la grappe. En bleu l'air froid qui touche la grappe.En bas à gauche une abeille encore chaude a traversé le manteau en laissant une petit trace de chaleur derrière elle. Sous la pointe de la flèche, la reine bien au chaud.

En blanc des pics de chaleur à près de 40 degrés. En mauve, le manteau, isolation vivante de la grappe. En bleu l'air froid qui touche la grappe.En bas à gauche une abeille encore chaude a traversé le manteau en laissant une petit trace de chaleur derrière elle. Sous la pointe de la flèche, la reine bien au chaud.

NB :- Bon sang... Mais c'est bien sûr. Je viens de comprendre mes difficultés quand j'ai traversé une forêt de poils dans le tunnel. Ceux-ci servent d'isolation et les ouvrières les entremêlent volontairement pour être plus efficaces.

Mlle A :- Pas si bête le Bourdon...

NB :- Mais alors, plus il fait froid dehors et plus vous devez travailler vous autres les abeilles chauffeuses.

Mlle A :- Vous parlez d'un travail!!! Totalement épuisant. Bien plus que notre métier de butineuse qui est pourtant particulièrement éreintant. Heureusement, nous nous relayons en moyenne toutes les demi-heures afin de récupérer. Il n'y a jamais plus de 15% d'abeilles chauffeuses dans le coeur de la grappe.

NB :- Mais alors, comment prenez vous conscience des températures extérieures quand vous êtes dans cette fournaise?

Mlle A :- Certaines d'entre nous remontent de temps en temps pour récolter des informations utiles. Vous avez dû j'imagine profiter d'un de ces voyages pour accéder à notre petite étuve. 

NB : J'ai en effet suivi une ouvrière qui, j'imagine, venait vous informer sur l'état de votre manteau.

 

Alors que la température extérieure est passée de 0 à -12 degrés en 12h, celle du coeur de la grappe est passée dans un même temps de 15 à + de 25 degrés. Tout ceci pour que l'extérieur de cette même grappe puisse se maintenir aux alentours de 7 à 9 degrés.

Alors que la température extérieure est passée de 0 à -12 degrés en 12h, celle du coeur de la grappe est passée dans un même temps de 15 à + de 25 degrés. Tout ceci pour que l'extérieur de cette même grappe puisse se maintenir aux alentours de 7 à 9 degrés.

NB :- Je commence à mieux comprendre vos capacités à séjourner dans certaines régions froides l'hiver. Mais j'ai encore une question si vous me le permettez.

Mlle A :- Allez y!

NB :- J'ai remarqué que ma respiration me semblait difficile une fois dans la grappe. N'avez vous pas trouvé un moyen de ventiler un peu mieux cette "bulle chaude"?

Mlle A :- Vous êtes plutôt observateur pour un humain... Votre remarque est très judicieuse car l'air que vous respirez est en effet assez pauvre en oxygène. Mais contrairement à ce que vous pourriez penser, ceci n'est pas une approximation de notre part. Bien au contraire!

NB :- Dites-m'en plus.

Mlle :- C'est un petit peu compliqué alors veuillez être attentif.

Vous ne le savez peut être pas mais quand vous mangez du sucre, celui-ci ne peut être utilisé pour faire fonctionner vos muscles qu'en présence d'oxygène. Les deux font la paire, si j'ose dire...Eh bien nous limitons volontairement la quantité d'oxygène dans la grappe en jouant sur la ventilation afin de freiner la quantité de miel consommé. 

NB :- C'est une sorte de régime volontaire?

Mlle A :- appelez ça comme vous voulez.

NB :- Décidément, tout est bon pour économiser vos réserves... 

Mlle A :- A chacun sa méthode... La nôtre a fait ses preuves.

NB :- En bien, je vais devoir vous laisser à votre travail et retourner dans le froid hivernal.

Je vous remercie donc pour votre accueil et vous souhaite un très bon printemps.

Je vais tout de même attendre une de vos éclaireuses afin de me faufiler à travers votre manteau

Mlle A :- Merci à vous et n'attrapez pas froid en sortant.

 

 

 

Je tenais à remercier le site http://www.cari.be/accueil/ qui est une source d'apprentissage pour moi.

Si vous souhaitez en savoir plus, voici l'article sur lequel je me suis appuyé pour faire cette petite interview http://www.cari.be/medias/abcie_articles/131_bio.pdf 

Vous y trouverez aussi toutes les références scientifiques.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article