Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

Rester vigilant était le titre du dernier article du blog. Eh bien, il le fallait vraiment car ma dernière visite au rucher de la Brie Boisée m'a fait froid dans le dos...

Je ne connaissais pas cet emplacement et force est de constater qu'il a l'air assez particulier.

J'avais noté des fécondations de reine très difficiles pour les ruches qui avaient essaimé ou qui s'étaient remérées (changement de la reine) spontanément. Cela dit, dans un même temps, les jeunes essaims s'étaient eux très bien développés durant la miellée d'été et le taux de réussite de la fécondation des reine était au dessus des 90%. Mais alors que début août, tout allait très bien, le 7 septembre, je constate que quasiment tous mes essaims de l'année n'ont plus de couvain. Il est normal que la ponte faiblisse voir s'arrête au mois d'août, mais dans ce cas précis l'arrêt de ponte semble vraiment violent. Il est d'autant plus inquiétant qu'il est accompagné de deux signes alarmants.

 

Le premier signe et le plus angoissant apparaît sur cette photo.

Plan Orsec au rucher

Si l'on s'attarde sur l'abeille située au centre, on constate qu'elle est bien plus noire que les autres. Cette dernière est probablement atteinte du virus de la paralysie chronique. Sur la vidéo qui suit, on peut aussi constater une autre manifestation de la maladie.

triste vidéo d'une abeille atteinte par le virus de la paralysie chronique ou maladie noire

Cela dit, pour l'instant, le nombre d'abeilles infectées dans les ruches concernées ne semble pas mettre en jeu le pronostic vital car je ne constate pas de mortalité importante sous les ruches. Pour en être certain, j'ai placé un tissu blanc au pied de celles-ci. Comme on le voit sur la photo. Il faut tout de même se méfier car les oiseaux peuvent prélever un certain nombre de cadavres.

Ici, une ouvrière éjecte un très jeune mâle de la colonie

Ici, une ouvrière éjecte un très jeune mâle de la colonie

Le deuxième signe est de prime abord moins flagrant, mais il pourrait avoir un rôle éventuel dans l'affaiblissement des colonies et un autre quasi certain en ce qui concerne l'arrêt de ponte.

En effet, il n'y a dans ce rucher aucun apport de pollen de lierre et les quelques ruches qui ramènent du pollen se contentent de pollen qui semble provenir de fleurs de trèfle qui se font de plus en plus rares à cette époque.

 

Or :

Dune part, l'absence de ressources à collecter est une des causes probables de l'apparition du virus de la paralysie chronique.

D'autre part, l'absence de pollen entraine obligatoirement un arrêt de ponte de la reine car les larves en ont besoin pour se développer.

 

Evidemment, la grande majorité de mes essaims de l'année sont situés dans ce rucher.

Une butineuse qui ramène du pollen de trèfle qui se fait rare en cette saison

Une butineuse qui ramène du pollen de trèfle qui se fait rare en cette saison

Que faire pour que mes jeunes essaims et donc les plus fragiles puissent être assez populeux et surtout aient assez d'abeilles d'hiver pour passer la saison froide?

Ne sachant pas encore déplacer le lierre vers mes ruches, j'ai décidé après consultation d'un apiculteur expérimenté de déplacer les abeilles vers le lierre...

 

J'ai donc amené mes essaims sur un rucher dont l'environnement est riche en lierre

mes essaims à déplacer

mes essaims à déplacer

Au petit matin tout est mis en place
Au petit matin tout est mis en place
Au petit matin tout est mis en place

Au petit matin tout est mis en place

Sur la dernière photo, on peut voir au loin les ruches sédentaires du rucher de la Gondoire et devant les ruchettes déplacées. Une distance de sécurité a été respectée afin d'éviter toute dérive d'un rucher à l'autre.

 

Dans le coin, la nature est beaucoup plus généreuse.

Plan Orsec au rucher
Plan Orsec au rucher

Les rentrées de pollen ont rapidement été plus conséquentes même si cela n'est pas encore le cas pour toutes les ruchettes.

Plan Orsec au rucher
Plan Orsec au rucher

Un petit peu de sirop léger tous les deux ou trois jours durant deux semaines afin de stimuler la reine.

Plan Orsec au rucher

J'espère que la ponte repartira rapidement car sans ses jeunes abeilles d'hiver la colonie sera beaucoup plus fragile pour passer la saison froide.

 

Quoi qu'il en soit, la fin de l'été est bien compliquée. J'espère que tout s'arrangera d'ici un mois pour repartir avec des colonies saines au printemps.

 

 

Pour finir sur une meilleure note, un petit coucou de Poil de carotte qui fait ses provisions pour l'hiver en enterrant des noisettes dans nos bacs à fleurs pas franchement fleuris...

Coucou

Coucou

Pendant ce temps, des bernaches du Canada font une petite pause pas loin du rucher.

Plan Orsec au rucher

Pirouette et cacahuète nous prouvent que les pissenlits ne sont pas, contrairement à ce qu'affirment certains hérétiques, de mauvaises herbes.

Plan Orsec au rucher

Et les bébés pince-oreille squattent les couvre-cadres.

Plan Orsec au rucher

Commenter cet article