Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hobbies

Publié par Christophe TROLÈS

A) Pauvre miellée d'acacia

B) Cueillette de printemps

C) Marquage des reines

 

 

C'est le printemps. Quoi que... Ces derniers jours n'ont pas été à la hauteur de nos espérances météorologiques. Mais je ne vais pas jouer les rabat-joie car n'oublions pas que les mois de mars et avril ont été plutôt prolifiques.

Pour la miellée d'acacia, on repassera l'année prochaine. Elle était pourtant bien partie

 

Cueillette de printemps

mais j'ai très vite déchanté en voyant les fragiles fleurs pleurant leurs pétales sous les trombes d'eau déversées par les nuages de mai. J'ai même hésité à faire la récolte mais mon rêve de miel d'acacia a fini par prendre le dessus. Les colonies étaient très populeuses et il me semble que certaines d'entre elles avaient même commencé à entamer le miel des cadres de hausse.

 

B) Trou de miellée

A la fin de l'acacia en Ile de France il y a ce que l'on appelle un trou de miellée qui correspond à une relative disette apicole. Peu de fleurs dans l'environnement, les colonies affamées grignotent donc le miel présent dans les hausses si on traine trop avant de les récolter. Mais comment reconnaître un trou de miellée? Pour ma part, c'est vraiment très simple. J'ouvre la porte de mon garage qui envoie immédiatement ses effluves de miel et propolis. Si dans les 20 minutes qui suivent rien ne se passe, nous ne sommes pas dans le trou de miellée. Si je suis envahi d'abeilles, c'est bien un trou de miellée. 

Autre exemple. J'ai laissé une hausse qui venait d'être extraite près de ma voiture sur un de mes ruchers. Il y a encore 3 semaines, cela ne posait aucun problème. La semaine dernière cela a déclenché un début de pillage au rucher.

 

L'activité sur la planche d'envol n'est pas sereine. Les gardiennes ont plus de travail que la normale

L'activité sur la planche d'envol n'est pas sereine. Les gardiennes ont plus de travail que la normale

Espérons maintenant un mois de juin ensoleillé pour que nos avettes puissent se régaler de nectar de tilleul ou de châtaignier.

B) Cueillette de printemps

Les essaims se multiplient au mois de mai et c'est toujours un plaisir d'aller en récupérer un chez les particuliers. Tout d'abord parce les habitants des lieux ont souvent le sourire quand l'apiculteur arrive pour les débarrasser de cette petite boule d'abeilles qui, bien que plutôt discrète une fois installée, n'est pas toujours la bienvenue. Mais c'est aussi très souvent l'occasion d'expliquer aux profanes les us et coutumes de nos petites protégées ailées.

Ici un cas d'école :

Mesdemoiselles ont eu l'idée saugrenue de s'installer devant un clapier à lapin. Elles avaient probablement envie de compagnie. Mais si les rongeurs ne semblaient pas perturbés, ça n'était pas le cas du responsable des lieux qui, du coup, n'osait plus nourrir ses petites boules de poil.

tout le monde est bien regroupé autour de sa majesté

tout le monde est bien regroupé autour de sa majesté

Pour le coup, on peut réellement parler de cueillette. Je n'ai eu qu'à placer la ruchette sous ce petit monde et passer délicatement le soulève-cadre entre les abeilles et la planche de bois. Presque toute la famille est tombée dans la boite. 

Je l'ai ensuite placée proche de l'emplacement de l'essaim pour que les rabatteuses puissent rappeler les retardataires.

les phéromones font leur travail invisible

les phéromones font leur travail invisible

Evidemment, quelques obstinées se sont regroupées à l'emplacement initial.

Cueillette de printemps

J'ai fait la même opération mais cette fois-ci dans un carton que j'ai vidé devant la ruchette. Je ne me lasse pas d'observer les rabatteuses qui jouent les ventilateurs à phéromones afin de ramener tout le monde à la maison. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'efficacité est très souvent au rendez-vous.

les petits points blancs sont les glandes de Nasanov qui envoient leurs phéromones

les petits points blancs sont les glandes de Nasanov qui envoient leurs phéromones

Ne pouvant pas rester, je suis revenu le lendemain à 6h avant qu'elles ne se réveillent et seul une toute petite boule d'une cinquantaine d'abeilles était dehors. Je les ai faites tomber dans le couvre-cadre nourrisseur et suis reparti avec tout le monde pour la plus grande joie du propriétaire qui a pu à nouveau s'occuper de Bunny et toute sa famille.

Le jour même, je n'ai pas manqué de nourrir les nouvelles locataires du jardin qui ont visiblement eu l'air d'apprécier. Cela peut aider à fixer l'essaim afin qu'il n'ai pas la mauvaise idée de repartir.

Au casse-croûte!

Au casse-croûte!

J'ai posé cette ruchette à la place d'un autre essaim beaucoup plus petit que j'avais récupéré quelques jours auparavant mais qui était orphelin. Ne sachant pas s'il y avait des ouvrières pondeuses (voir cet article) je l'ai placé dans un coin du rucher. Ainsi, ses butineuses, ne se renant pas compte de la supercherie, sont venues renforcer la nouvelle colonie.

Cela a tellement bien fonctionné que j'ai du rapidement placer tout ce petit monde dans une maison un peu plus grande car mes abeilles se sentaient comme des sardines dans leur boîte...

 

Quoi qu'il en soit, cela n'a pas empêché la reine de se mettre immédiatement au travail. Elle n'a pas perdu de temps pour remplir les cellules de sa future progéniture.

Des œufs sous haute surveillance

Des œufs sous haute surveillance

C) Marquage des reines

Pov bête!!! Voilà qu'on les marque comme du bétail... C'est vrai que, même si cela n'est pas douloureux, c'est un gros coup de stress pour sa majesté. Quoi qu'il en soit, c'est vraiment très pratique pour l'apiculteur. En effet, s'il est plutôt facile de trouver une reine dans un jeune essaim, dans une grosse colonie cela peut devenir cauchemardesque...

L'instrument de torture

L'instrument de torture

Quelques jours plus tard, elle se porte bien malgré sa petite marque sur le torax.

Quelques jours plus tard, elle se porte bien malgré sa petite marque sur le torax.

Au fait... Pourquoi doit-on pouvoir repérer la reine?

 

Deux raisons parmi d'autres :

- la création d'un essaim artificiel. Il faut placer deux cadres d'abeilles avec du couvain dans une ruchette sans la reine qui doit rester dans la ruche mère. 

- connaître l'âge de la reine. En apiculture, chaque année a sa couleur. Marquer ses reines permet de connaître leur âge. Dans un rucher qui a pour vocation la production de miel, il faut éviter de se retrouver avec des reines de plus de deux ans car le risque d'une forte baisse de la ponte est réel.

 

Pour finir, un fin manteau de neige début mai? 

 

Cueillette de printemps

Non. Juste quelques peupliers qui veulent compenser la déforestation de l'Amazonie en pollinisant à outrance. 

Bonjour les allergies!

Commenter cet article

théo 28/06/2014 10:51

Super

Christophe 28/06/2014 11:37

Merci théo. Un petit "super" fait toujours plaisir.

MP Pelletier 05/06/2014 22:50

Bonjour,
et merci pour tous ces renseignements... d'ailleurs, j'en redemande : après marquage de la reine, faut-il l'isoler quelques temps ? J'ai remarqué que le produit sent vraiment le diluant. Je ne m'en suis pas encore servie, mais il faudrait, en théorie, que je marque la reine d'une de mes ruches, et j'hésite ... because j'ai un peu peur de la réaction des fifilles en récupérant leur reine puante.... verdict ?

Marie Pierre 01/07/2014 09:35

Ok. ! Donc je remets la reine illico en enfumant si besoin !!! Merci pour le renseignement et pour la qualité du blog

Christophe 28/06/2014 11:35

Bonjour,
Désolé pour le retard mais je n'avais pas eu le retour de votre message.
Personnellement, le feutre que j'utilise ne sent rien. C'est en fait de la peinture à l'eau. Il peut arriver que les ouvrières retirent la peinture.
Si les abeilles commencent à avoir une mauvaise réaction ne pas hésiter à enfumer pour les perturber.